Vous est-il déjà arrivé de vivre avec des personnes qui disent merci pour tout, à tout instant ? Cela transforme nos relations, comme il est écrit dans le livre de Jeanne Siaud-Facchin, S’il te plaît aide-moi à vivre :

 

« Dire merci, ça change la vie. Nos vies. À l’infini. Merci pour ce rayon de soleil dans ce ciel sombre, merci d’être là, merci pour cet oreiller douillet, merci d’être en sécurité, merci pour ce sourire, merci de m’avoir permis… merci de me tendre la main, merci pour ce pain tout chaud. Merci, merci, merci…

Nous avons mille et une occasion, à chaque instant, de dire merci, ou plutôt de ressentir cette gratitude infinie pour les petits et les grands cadeaux de la vie. La gratitude, que les scientifiques appellent du nom plus chic d’orientation reconnaissante de l’attention, est cette intention, encore et toujours, de repérer, de prendre conscience, d’intégrer, que la vie nous offre de minuscules bonheurs avec une générosité illimitée.

 

Apprendre à dire merci malgré les péripéties de la vie, au milieu de ses vertiges et de ses précipices, quand tout semble nous lâcher, est une potion à consommer sans modération. La gratitude a tant de vertus, y compris curatives, que dire simplement que ses effets sont spectaculaires sur notre santé, sur notre bien-être, sur notre satisfaction de vie, doit nous convaincre de ponctuer de mille mercis chacune de nos journées. S’endormir avec ses mercis comme avec un doudou, ça change aussi les nuits et les insomnies. Si, si. Simple comme un merci.

 

Vous aurez compris qu’il ne s’agit pas du merci de politesse et des conventions sociales, qui a son importance mais pas dans le même champ : ici, on cultive son jardin intérieur. Et on gagne sept ans de vie, merci ! » pp. 134-135.

 

Une année durant, la Famille marianiste du Togo a rendu grâce pour soixante ans de présence marianiste dans leur pays. Le 13 octobre 2019 le Jubilé a pris fin, mais l’action de grâce doit se poursuivre.

 

Jean-Paul Federneder, sm